29/06/2009

Transport en commun : être ambitieux

Le lancement du projet de transport en commun en site propre (TCSP) est un moment important pour la ville de Saint-Malo et son agglomération. Les premières informations communiquées par le maire et sa majorité suscitent toutefois des inquiétudes.

Stéphane Perrin a interpelé le maire sur ce dossier lors du dernier conseil municipal.


Le conseil municipal est saisi d’une délibération technique, concernant le TSCP. Elle appelle toutefois des observations qui dépassent son seul cadre, tant elle est relative à un projet important pour la ville, dont nous appelons la réalisation depuis très longtemps.

Sur le pilotage

La première difficulté posée par ce projet est la compétence de la communauté d’agglomération. Elle est prévue par la loi et est tout à fait pertinente. Mais, par votre refus de voir l’opposition siéger au conseil communautaire, nous n’aurons rien à dire sur ce projet : nous ne pourrons voter ni le tracé, ni le choix d’équipement, ni le montage financier… Toutes ces décisions, sur un projet intégralement situé sur le territoire de la ville, nous échapperons et nous ne seront consultés que sur des délibérations de conséquence, comme celle qui est présentée ce jour.

Vous avez organisé un déficit démocratique, que vous avez encore récemment justifié par le fait que nous n’étions pas du même avis que vous. Vous aviez en son temps refusé l’intercommunalité, vous l’instrumentalisez aujourd’hui pour vous soustraire au débat. Je continue d’y voir un aveu de faiblesse.

Ceci est d’autant plus préjudiciable que ce dossier aura immanquablement des répercussions sur les affaires communales. Ainsi, le passage du TSCP le long des quais, tout en maintenant le flux de circulation automobile amènera une réduction du stationnement de surface et aura donc un impact sur l’équilibre financier de la délégation de service public… De même, nous avons débattu du réaménagement de l’esplanade Saint-Vincent, sans intégrer ce dossier alors qu’il s’agit du terminus de la ligne.

Vous avez certes organisé un échange dans le cadre de la commission « Développement durable » de ce conseil. Cette solution ne nous convenait évidemment pas puisque le débat n’y est pas public ni sanctionné par un vote. Il nous convient encore moins lorsque nous avons ensuite réalisé que nous avions été floués. En effet, nous avons échangé en commission, avec M. Renoult, avec le directeur général des services de l’agglomération, avec les services, sur un document dans lequel toutes les options paraissaient ouvertes. Or, le projet est en réalité bouclé comme l’a révélé l’entretien que vous avez accordé à Ouest-France : l’équipement est choisi (un BHNS) et le tracé déterminé (Paul Féval – Saint Vincent). Le temps du DGS de l’agglomération et de M. Renoult serait sûrement mieux employé qu’à participer à des réunions relevant de la mascarade. Rétrospectivement, je ne peux reprocher à nos collègues de la majorité, sûrement mieux informés de la portée réelle de cette réunion, d’avoir été massivement absents.

Sur le contenu

Le projet présenté nous apparaît en outre sur le fond insuffisant. Pour résumé, il s’agit d’un projet aux « petits pieds », qui ne répond pas aux besoins de la population.

En effet, le tracé répond aux besoins du tourisme mais absolument pas aux besoins quotidiens de la population. Le document remis en commission présente de ce point de vue une contradiction. Il est reproché, à raison, aux navettes existante, de ne retenir qu’une approche touristique. On ne voit toutefois pas en quoi le futur TSCP, selon le tracé proposé modifiera la donne.

Nous n’avons pas été rassurés sur ce point par les réponses à nos questions en commission. L’enquête préalable qui sera réalisée ne semble pas être destinée à mesurer les flux actuels de circulation dans la ville pour adapter ensuite le tracé aux besoins de la population.

En réalité, nous allons payer une fois de plus votre manque de réactivité. Pourquoi ce dossier ressort-il des sables après avoir été totalement oublié pendant des années ? Parce que, dans le cadre du Grenelle de l’environnement l’Etat accorde des aides financières. Il vous faut maintenant bâtir dans un délai d’un an un projet de TSCP. Faute de temps, il vous faut voir petit.

Ce projet est pourtant essentiel pour notre ville et aurait pu contribuer à lier les quartiers entre eux. Personne ne mésestime la difficulté d’organiser un réseau de transport dans une ville et une agglomération aussi peu densifiée que la nôtre. Mais il faut au moins faire preuve de volontarisme.

Faire preuve de volontarisme, c’est desservir par le TSCP les zones les plus habitées que sont la Découverte ou les « générateurs de trafic » comme le centre commercial de La Madeleine sans renvoyer cela à une future extension dont le calendrier est inconnu. Vous y serez d’ailleurs peut-être contraint par l’Etat car l’obtention des financements suppose de desservir les quartiers ANRU…

Faire preuve de volontarisme, c’est mener une politique cohérente. Toutes les enquêtes montrent que les automobilistes n’abandonnent leur voiture sur les transports en commun que si le TSCP permet de régler le problème du stationnement ou permet d’atteindre plus vite sa destination. Comment allez-vous faire si vous maintenez l’offre de stationnement au pied de l’Intra ?

Nous aurions les moyens de faire mieux, par exemple en sollicitant plus le versement transport acquitté par les entreprises. Mais les chefs d’entreprise, fort logiquement, ne peuvent accepter cette charge supplémentaire que si le réseau set à transporter leurs salariés et non pour l’essentiel les touristes.

Nous savons que notre réseau de transport en commun est  aujourd’hui sous-utilisé. Il ne faudrait pas manquer l’opportunité de proposer un équipement qui corresponde réellement aux besoins de la population, sans quoi les investissements réalisés seront bien lourds par rapport à l’utilité pour les habitants de Saint-Malo et de l’agglomération.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.