02/10/2011

Transport en commun : à quand une politique ambitieuse ?

Le contrat qui lie la communauté d'agglomération de Saint-Malo à la société Keolis pour le service de transport en commun arrive prochainement à échéance.

Afin de faire évoluer le service, une étude est en cours. Les élus PRG ont depuis longtemps regretté que ce dossier ne fasse pas l'objet d'une attention plus soutenue.

Le coût de l'essence augmentant, il est essentiel de proposer une alternative crédible aux habitants de l'agglomération pour se déplacer.

Le constat des élus radicaux de gauche quant à la qualité insatisfaisante des transports en commun à Saint-Malo est confirmée par le compte-rendu de délégation présenté par René Couanau entant que vice-président de l'agglo chargé des transports.

Il ressort de ce compte-rendu que le service présente un déficit de plus de 300 000 € lié à une fréquentation insuffisante. Il faut donc rendre le réseau plus attractif.

Lire la suite

20/05/2010

Transport en commun : nous avions raison !

En septembre dernier était officiellement annoncé le projet de créer un transport en commun en site propre (TCSP) à Saint-Malo. Les élus de gauche avaient alors émis des réserves sur le projet qui leur était présenté : celui-ci, limité à un trajet entre le parking "Paul Féval" et la porte Saint-Vincent, répondait avant tout à un besoin touristique et n'offrait aucun service réel pour les habitants (voir l'intervention de Stéphane Perrin sur ce sujet Transport en commun être ambitieux ).

L'étude commandée par la ville et présentée à la commission "Développement durable" nous a donné raison !

Lire la suite

30/11/2009

Pas d'autosatisfaction !

 

 

Interdits par le maire de Saint-Malo et son premier adjoint de participation aux débats de la communauté d’agglomération, les élus PRG malouins ont heureusement encore la liberté de la presse pour s’exprimer sur des sujets concernant leurs concitoyens et qui sont désormais traités par l’intercommunalité et plus par le conseil municipal de leur ville.

Lire la suite

26/06/2009

Transport en commun

Il y a dix ans, à la sortie de la loi solidarité rénovation urbaine, nous demandions une réflexion profonde concernant les transports en commun. Nous proposions alors la création de navettes entre la périphérie de la ville et l’Intra-Muros, afin de combattre le « tout voiture ». En guise de réponse, nous avons eu l’habituel dédain et une pompe aspirante à voitures supplémentaires Porte Saint-Vincent, sous forme de parking souterrain.

Les Malouins connaissent également les manques qualitatifs du système actuel de transport en commun, privatisé à l’occasion de la mise en place du plan de déplacement urbain par la Communauté d’agglomération. Pourquoi donc aujourd’hui ce tardif et surprenant changement de cap de la part du maire et ce soudain fort intérêt pour ce qu’il considérait hier comme une lubie d’opposant. Trois raisons l’expliquent : la mise en œuvre enfin réelle de la loi SRU de 2000, les mesures incitatives financières du Grenelle de l’environnement et le développement durable qu’il est politiquement correct aujourd’hui de défendre.

C’est ainsi que la majorité municipale fonctionne depuis toujours. Mais à chaque fois, notre ville prend a minima dix ans de retard et le plaisir de voir nos propres idées en partie reprises ne compense cette désagréable impression de gâchis. Cela est vrai également dans d’autres domaines proches, comme le plan vélo, la sécurisation des voies, les circuits piétonniers, les transports en commun du futurs…

Autant de dossiers dont nous avons souhaité depuis des années débattre sur le fond afin de les concrétiser au plus vite, dans l’intérêt général des Malouins. En réponse, le possible débat d’aujourd’hui sur le TSCP est transféré à la Communauté d’agglomération, fermée à l’opposition municipale (près de 45% des voix à l’élection municipale de 2008) par la seule volonté du Maire de Saint-Malo.